Fil d'ariane : Accueil > Environnement Dévelo > Les animaux en (...) > L’échinococcose alvéolaire

L’ÉCHINOCOCCOSE ALVÉOLAIRE Suivre la vie du site

  • L’échinococcose alvéolaire

    On compte près de 350 cas humains depuis 1982, et on observe entre 10 et 15 nouveaux cas par an.

    Il s’agit d’une maladie parasitaire grave. Elle est provoquée par un ténia, Echinococcus multilocularis. Ce parasite fait intervenir deux hôtes pour réaliser son cycle :
    - hôte définitif : carnivores sauvage (renard) et domestiques (chien et chat)
    - hôte intermédiaire : rongeurs prairiaux (campagnol terrestre et des champs)

    L’homme se contamine au même niveau que le rongeur dans le cycle, c’est-à-dire en ingérant des œufs du parasite libérés dans l’environnement par les crottes des carnivores.

    Lors de l’ingestion accidentelle d’un œuf du parasite, celui-ci va se développer dans le foie de l’homme. Il est à noter que seulement une personne sur dix développerait la maladie. Les premiers symptômes (douleurs abdominales, jaunisse, fièvre…) peuvent mettre 10 à 15 ans pour apparaître. En outre, il est possible de détecter la maladie plus précocement par échographie ou par sérologie (demandez conseil à votre médecin). Cette maladie, mortelle si non traitée, demande un traitement très lourd et coûteux.

    Précautions à prendre :

    - se laver les mains avant les repas, éviter de les porter à sa bouche,
    - privilégier la cuisson des fruits ou plantes sauvages, sinon les laver abondamment,
    - ne jamais toucher un animal sauvage à mains nues,
    - vermifuger au moins 2 fois par an les animaux domestiques (la molécule efficace est le praziquantel).

    www.e-l-i-z.com

      Galerie d'images

    • le cycle de contamination

    • des gestes de prévention simples